Ils payaient pour un fantasme

The Impact Team, à l'origine du piratage de la base de données du site de rencontre AshleyMadison. Pour attirer des utilisateurs et générer des revenus, Avid Life Media met en avant l'équilibre entre la part de femmes et d'hommes présents sur le site. Si ce ratio est essentiel pour les sites de rencontre, et donc un argument marketing de poids, c'est qu'en cas de déséquilibre les clients ne font pas de rencontres et se désabonnent assez rapidement. Sauf que selon les hackers, ALM a menti à ses clients. Et l'analyse des données utilisateurs divulguées sur Internet tend à étayer cette accusation. Plusieurs sites se sont livrés à l'examen des données.

Menu de navigation

A Prades, le fief pyrénéen de Blue-jean Castex, le virus du complotisme circule librement. Cette enquête vient confirmer par partie ce que les hackeurs avec The Impact Team dénonçaient. La bague dernière, Gizmodo avait affirmé , ensuite avoir analysé ces données, que la part de femmes présentes sur le site était infime, ne dépassant marche quelques milliers de membres. Des affirmations appuyées mardi par Michelle McGee, unique mannequin qui avait servi de figure à la marque en Vous ne pouvez lire Le Monde combien sur un seul appareil à la fois ordinateur, téléphone ou tablette. Ce dernier restera connecté avec ce solde. Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe. Pour soutenir le travail de toute une rédaction, nous vous proposons de vous abonner. Vous avez choisi de refuser le garantie de cookies lors de votre voyage sur notre site, notamment des cookies de publicité personnalisée.

La sécurité dans tous ses états - Marc Lamouret

32 millions de comptes piratés

Le site Gizmodo a analysé les données piratées du site de rencontres. Décision : 20 millions d'hommes étaient actifs sur le site, pour seulement environ milliers de femmes. Sur 37 millions de profils, 5,5 appartiennent à des femmes. Et la majorité de ces profils féminins sont probablement des manquer. Gizmodo s'est en effet intéressé à une information présente dans la fondement de données : la date alors l'heure à laquelle le profil a consulté ses messages pour la dernière fois. Si la boîte de fête n'a jamais été ouverte, un pur s'affiche dans ce champ. Il aurore difficile de nier que la grand majorité des hommes qui utilisaient Ashley Madison ne rencontraient pas des maîtresses sur le site. Ils payaient sur un fantasme. Commentaires :.

Plusieurs plaintes déposées

Le site de rencontres adultères Ashley Madison, dont les données de millions d'utilisateurs viennent d'être publiées par des pirates informatiques, s'est bâti une réputation sulfureuse, mais ses clients ne jouissaient ostensiblement que de peu d'action. Le lieu Gizmodo, dans une analyse mise par ligne mercredi, n'a ainsi trouvé qu'une activité minimum sur les 5,5 millions de comptes de femmes inscrites avec Ashley Madison. Lesquelles étaient pourtant courtisées par plus de 31 millions d'abonnés hommes. Les données d'utilisateurs publiées avec les hackers la semaine passée, ensuite le piratage du site en messidor, ont été diffusées sur une association d'Internet difficilement accessible au grand auditoire. Celles-ci suggèrent que beaucoup de profils des femmes inscrites sur Ashley Madison étaient de faux comptes. Les données montrent que 20 millions d'hommes ont consulté leur messagerie sur Ashley Madison, contre seulement

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Back to top button